Caja PDF

Comparta fácilmente sus documentos PDF con sus contactos, la web y las redes sociales.

Compartir un archivo PDF Gestor de archivos Caja de instrumento Buscar PDF Ayuda Contáctenos



FR3 Unité 2(2eme partie) .pdf



Nombre del archivo original: FR3-Unité 2(2eme partie).pdf
Autor: Valued Acer Customer

Este documento en formato PDF 1.5 fue generado por Microsoft® Office Word 2007, y fue enviado en caja-pdf.es el 31/03/2014 a las 19:49, desde la dirección IP 201.140.x.x. La página de descarga de documentos ha sido vista 1157 veces.
Tamaño del archivo: 1 KB (13 páginas).
Privacidad: archivo público




Descargar el documento PDF









Vista previa del documento


COMMENT C’ETAIT AUTREFOIS ?
Act.16. Écoutez d’abord cette chanson de Pierre Bachelet. Ensuite, lisez les paroles et
répondez aux questions en bas. Enfin, écoutez une deuxième fois la chanson et chantez.
a) À quelle époque fait-il référence Pierre Bachelet dans sa chanson ?
b) Quels sont les vers qui décrivent cette époque et qui vous permettent de le savoir ?
c) Qu’est-ce qu’on apprend sur la vie du personnage principale de la chanson ?

Act.17 La plupart des verbes dans cette chanson sont conjugués en Imparfait. Repérez
ces verbes puis révisez le tableau de la page suivante pour apprendre leur conjugaison.

20 ANS
Pierre Bachelet
En ce temps-là je vivais
Comme un oiseau sur la branche
Devant les files de ciné
Je faisais la manche
C’était les copains d’abord
Et les premiers transistors
Sidney Bechet, Petite fleur
Les bleus sur le cœur
En ce temps-là les trottoirs
C’était manif et guitare
Même que c’est toujours comme ça
En ce temps-là j’avais vingt ans
Sur la télé en noir et blanc
On découvrait le rock & roll
Elvis Presley et les idoles
Fauteuils cassés dans tous les music halls
En ce temps-là c’était Paris
C’était la guerre en Algérie
Dans les bistrots de la banlieue nord
On était pas toujours d’accord
Ira ou pas, d’accord ou pas d’accord
En ce temps-là de ta vie
Tu rêvais d’avoir ton bac
Et de monter à Paris
T’inscrire à la fac
Et puis y avait le mois de mai
Qui préparait ses pavés
C’est là qu’on s’est rencontrés
Mouchoir sur le nez
Le monde était à refaire
Et dans ta chambre à Nanterre
C’est juste c’ qu’on a fait

En ce temps-là j’avais vingt ans
Et toi t’en avais presque autant
T’avais un parfum de verveine
Et des grenades lacrymogènes
Et puis surtout tu m’prenais pour Verlaine
Alors soudain ça a été nous
Comme un tonnerre un coup d’grisou
Y avait plus que nous dans nos blousons
Y avait plus que nous dans nos chansons
Dans les discours, carrefour de l’Odéon
En ce temps-là j’avais vingt ans
J’avais vingt ans pour très longtemps
L’amour chantait sa carmagnole
En descendant rue des Écoles
Affiche d’une main, de l’autre le pot d’colle
En ce temps-là j’avais vingt ans
J’avais vingt ans depuis longtemps
Ferré passait à la radio
C’était les vacances en deux chevaux
Et toutes les filles se prenaient pour Bardot
C’était la télé qui s’allume
Pour le premier pas sur la lune
En ce temps-là c’était le rock
Mais on changeait déjà d’époque
Et les Beatles allaient se séparer
En ce temps-là j’avais vingt ans
J’avais vingt ans éternellement
L’amour chantait sa carmagnole
En montant la rue des Écoles
T’avais ta main posée sur mon épaule

L’IMPARFAIT
Utilisation
1. L’imparfait est utilisé pour décrire un scénario au passé.
Il faisait froid et il était 6 heures du matin quand j’ai aperçu cette belle
fille qui portait une jolie robe noire et rien d’autre qui la protégeait du froid.
2. On utilise aussi l’Imparfait pour décrire des habitudes dans le Passé.
Au XIX siècle les gens utilisaient des bougies car il n’y avait pas d’électricité.
3. L’imparfait indique une action en cours de réalisation et qui sera interrompue par
une autre action en passé composé.
Je regardais tranquillement la télé quand j’ai entendu une explosion.
Formation
Pour conjuguer un verbe à
l’Imparfait il faut partir de la
conjugaison du verbe au présent
de l’Indicatif en « nous », pour
obtenir le radical, puis ajouter la
terminaison correspondante.

Regarder
Nous regardons

Exceptions :

Radical

Je regardais
Tu regardais
Il/elle/on regardait
Nous regardions
Vous regardiez
Ils/elles regardaient

ÊTRE  j’étais, tu étais, il était
FALLOIR  Il fallait
PLEUVOIR  Il pleuvait

Act.18. Une grand-mère se souvient de son enfance. Conjuguez les verbes à l’Imparfait.
DamienGrand-mère
DamienGrand-mère
DamienGrand-mère
DamienGrand-mère

DamienGrand-mère
DamienGrand-mère

Mamie, tu _________ (avoir) un téléphone mobile, quand
tu ________ (être) petite ?
Mon chéri, je _________ (avoir /nég) de téléphone du tout !
Tu _________ (avoir /nég) de téléphone ?
Eh non… Nous _________ (habiter) dans un petit village, en
plus, les portables _________ (exister/nég) encore.
Mais comment c’_________ (être) possible ?
Les gens _________ (avoir/nég) la même vie que maintenant. On _________ (aller) les uns
chez les autres, on _________ (avoir) moins de vacances aussi.
Tu _________ (regarder) la télévision ?
Non, mes parents _________ (avoir/nég) la télévision… Mais je me souviens qu’on _________
(écouter) la radio. Nous_______ (avoir) un gros poste de radio. Ça m’_______(impressionner)
toujours d’entendre les voix qui _________ (sortir) de cette machine. J’_________ (être) trop
petite pour comprendre comme ça _________ (fonctionner).
Je ne peux pas imaginer la vie sans télé !
Tu sais, on __________ (regarder/nég) la télévision comme maintenant. Pendant les dîners,
on _________ (parler), et après, on _________ (jouer) aux cartes, on ________ (lire) …
Tu _________ (faire) quoi pour t’amuser, si tu _________ (avoir/nég) de console de jeux ?
Mais mon chéri, comme toi, j’_________ (avoir) beaucoup d’amis ! Nous _________ (s’amuser)
comme des fous. Nous _________ (jouer) dans la rue on _________ (courir) partout !

Act.19. Le temps passe vite, vous êtes déjà marié(e) et vous avez des enfants à
l’université. Vous vous souvenez de comment était votre époque à l’âge de 20 ans.

PARLER DE SON ENFANCE
Act.20. Écoutez une fois le dialogue et repérez :
a) Combien de personnages vous entendez ?
b) Qui sont-ils ?
c) De quoi ils parlent ?

Act.21. Écoutez à nouveau et lisez le dialogue. Puis, répondez aux questions suivantes
a)
b)
c)
d)
e)

Le grand-père montre des photos de sa jeunesse à son petit-fils. VRAI FAUX
Il a vécu en Australie. VRAI
FAUX
Il a passé son enfance à la campagne. VRAI FAUX
Il avait quel âge quand il a connu Paris ? ___________
Il termine par montrer à son petit-fils une photo de son père quand il était petit. VRAI

FAUX

PHOTOS DE FAMILLE
Benjamin-

Papi, ça, c’est la maison où tu es né ?

Grand-père

Oui, c’est la maison que mes parents ont achetée
en 1920. C’est une maison que j’aimais beaucoup.
Là, tu vois, c’est la chambre où je dormais.

Benjamin-

Regarde cette voiture ! Elle est drôle !

Grand-père

Oui, pour maintenant, elle est bizarre… C’est la
voiture que mon oncle Roger avait achetée et qu’il
prenait pour venir nous voir.

Benjamin-

Et le monsieur, là, c’est qui ?

Grand-père

C’est mon autre oncle, Paul. Tu sais, c’est l’oncle qui est parti en Australie et qui a fait fortune là-bas.
J’aimais beaucoup cet homme qui aimait l’aventure…

Benjamin-

Et cette photo, qu’est-ce que c’est ?

Grand-père

C’est la fête qui a été organisée quand mon père a pris sa retraite. Là, c’est un ami de mon père qui a
apporté tous les cadeaux. Je me souviens très bien de lui ! Cet homme, qui avait une énorme
moustache, avait aussi une grosse voix qui me faisait peur ! Pourtant, il était très gentil !

Benjamin-

Et cette dame, là ?

Grand-père

Cette dame, c’est ma tante Victoire, qui m’a emmené pour la première fois de ma vie à Paris. J’ai un
très bon souvenir de ce voyage qui a été extraordinaire pour moi. Imagine ! Un petit garçon qui
n’avait jamais quitté sa campagne, qui vivait au milieu de la ferme, avec les vaches et les canards !

Benjamin-

Tu avais quel âge, papi ?

Grand-père

Regarde, c’est marqué : 1949… Oui, c’est l’année où je suis allée à Paris avec ma tante. J’avais dix
ans. regarde cette photo : c’est l’hôtel où nous sommes allés. Je crois qu’il n’existe plus, maintenant !

Benjamin-

Et ce bébé-là, c’est papa ?

Grand-père

Mais non, mon garçon ! Ce bébé, c’est l’oncle Paul que tu as vu sur l’autre photo !

Act. 22. Un enfant se souvient de comment était son enfance et comment elle a
changé ; complétez le récit en conjuguant les verbes en Imparfait.

« Quand j’ _________ (être) enfant, je _________ (s’ennuyer) beaucoup. Enfin,
pas exactement mais je _________ (passer) beaucoup de temps seul. Mes frères
et sœurs _________ (être) tous plus âgés que moi. Ils _________

(ne pas

passer) beaucoup de temps à la maison ; ils _________ (revenir) seulement aux
vacances. Je ________ (ne pas comprendre) leurs allées et venues. Je
_________ (voir) ma mère leur écrire. Je _________ (penser) qu’ils _________
(se trouver) très loin mais en réalité ils ________ (être) à quelques kilomètres »

« Quand Jean-François _________ (revenir), je _________ (devoir) partager ma
chambre avec lui. Je le _________ (trouver) gentil mais je _________ (ne pas
aimer) partager mon univers. C’est vrai aussi que j’ _________ (adorer) les fêtes
de famille, surtout celles où ma grand-mère _________ (venir) faire la cuisine.

Les étés _________ (être) toujours merveilleux ; mes
cousins _________ (arriver) à tour de rôle. Il y _________ (avoir) plein de monde
à la maison et notre jardin _________ (offrir) les cachettes les plus
extraordinaires. Mais un jour, il y a eu la guerre et brusquement j’ai perdu mon
innocence.

Act.23. Comme cet enfant, décrivez votre enfance à l’âge de 5-8 ans ; dites comment
vous étiez en apparence et caractère, parlez aussi de vos goûts et de vos habitudes
quotidiennes. L’enfance est pleine de drôles d’anecdotes ; racontez-en une.

Act.24. Apportez une vieille photo de famille et présentez les personnes sur la photo.

Act.25. Lisez à nouveau le dialogue de « PHOTOS DE FAMILLE » ; repérez les
énoncés qui contiennent les pronoms : QUI – QUE – OÙ puis révisez le tableau en bas.
LES PRONOMS RELATIFS SIMPLES
Les pronoms relatifs servent à relier deux propositions, pour éviter une répétition
QUI
(représente le sujet du verbe de la 2eme proposition)

QUE
(représente le complément du verbe de la 2eme proposition)


(indique un lieu ou le temps)

C’est l’oncle qui est parti en Australie.
J’aimais cet homme qui aimait l’aventure.
C’est la maison que mes parents ont achetée.
C’est une maison qu’il aimait beaucoup.
C’est la maison où tu es né.
C’est l’année où je suis allée à Paris.

Act.26. Transformez selon le modèle : J’ai trouvé ce petit chat. Voici le petit chat que j’ai trouvé.
1. Ce monsieur a téléphoné. Voici le monsieur _________________________________
2. Je connais bien cette dame. Voici une dame _________________________________
3. Nous avons habité dans cette ville. Voici la ville _______________________________
4. J’ai visité ce musée. Voici le musée ________________________________________
5. J’ai rencontré ma femme dans ce village. Voici le village ________________________
6. Ils ont acheté cet appartement. Voici l’appartement ____________________________
7. Nous avons beaucoup aimé ce livre. Voici le livre ______________________________

Act.27. Complétez le texte par QUI, QUE, QU’ ou OÙ
UN DÉPART INEXPLICABLE
Julie habitait dans une petite ville _____ la vie était calme. Elle allait au Lycée
_____ se trouvait dans son quartier et les études _____ elle faisait lui plaisaient
beaucoup. Elle avait beaucoup d’amis et elle s’entendait bien aussi avec sa
famille. Un jour pourtant, elle a décidé de changer de vie. Un matin, elle a pris sa
valise avec quelques affaires pour ce voyage et elle a quitté cette ville ____ a
toujours vécu. C’était un jour _____ il faisait froid et l’heure _____ tout le monde
dormait encore. Elle a pris le train _____ partait pour le Sud _____ elle pensait être plus heureuse.
Le matin, elle s’est réveillée dans une gare _____ il n’y avait personne. Elle est descendu du train et est
entrée dans un café _____ se trouvait en face de la gare. Elle s’est assise et a pose sa valise. Soudain, un
homme _____ elle n’avait pas vu, s’est approché d’elle et lui a dit :
- Bonjour mademoiselle, je viens vous chercher.
- Mais, je ne vous connais pas !
- Regardez la photo ; c’est bien vous, non ?
- Oui mais…
- La lettre _____ accompagnait cette photo m’annonçait votre arrivé ce matin.
- Attendez ! Je ne comprends rien à l’histoire _____ vous me racontez ! expliquez-moi…

Act.28. À deux, imaginez la suite de cette histoire. Qui était cet homme que Julie ne
reconnaissait pas ? Que s’est-il passé après cette rencontre ? Pourquoi Julie a-t-elle quitté
sa ville ? Quel type de bonheur elle cherchait ? Quelle fin vous donneriez à cette histoire ?

COMPRENDRE UN FAIT HISTORIQUE
Act.29. Lisez le document et répondez aux questions.

La dernière survivante du Titanic est morte
La dernière survivante du Titanic, Lilian Asplund, est morte dans son sommeil à l’âge
de 99 ans, dans sa maison dans le Massachusetts (dans le Nord des États-Unis). Au
moment du naufrage du Titanic, Lilian Asplund était une petite fille de cinq ans. Son
père et trois de ses frères sont morts. Lilian, ainsi que sa mère et son frère Félix ont pu
échapper à la catastrophe.
En 1912, le Titanic était le plus grand paquebot du monde et on croyait – certains étaient même sûrs – qu’il
ne pouvait pas couler. Malheureusement, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912 pendant son premier voyage de
Southampton en Angleterre à New York aux États-Unis, le bateau a heurté un iceberg près de Terre-Neuve.
Sur les 2 201 passagers à bord, 1 490 ont trouvé la mort dans les eaux glacées de l’Atlantique.
Quelques jours après l’accident, la mère de Lilian a raconté à un
journaliste ce qui s’était passé juste après l’accident : « C’était terrible : les
gens pleuraient, poussaient criaient… j’étais arrivée près des canots de
sauvetage avec mes enfants Lilian et Félix. Je pouvais bien voir les
icebergs autour de nous. Il faisait très froid. Mon mari et mes autres
enfants étaient à une dizaine de mètres de nous. Alors mon mari a crié :
« Allez-y, sauvez-vous… » Nous avons pris place dans un canot de
sauvetage. Mon mari nous a souri en nous disant au revoir… C’était
vraiment terrible. Jamais je ne pourrai oublier ça. »
Lilian, elle, n’a jamais parlé de ce qui s’est passé pendant cette nuit-là.
En 1985, des chercheurs ont retrouvé l'épave du Titanic près de Terre-Neuve où il avait coulé en 1912.

Répondez :
1.

Quel était le nom de la dernière survivante du Titanic ?

.................................................................

2.

Elle avait quel âge lors du naufrage ?

.................................................................

3.

Quels autres membres de la famille de Lilian se sont sauvés ?

.................................................................

4.

Quelle était la route du Titanic ?

.................................................................

5.

Comment et à quel endroit l’accident a-t-il eu lieu ?

.................................................................

6.

Combien de passagers se sont sauvés de la mort ?

.................................................................

7.

Comment est-ce que Lilian a échappé à la mort ?

.................................................................

8.

Selon la mère de Lilian, quelle était la situation à bord du

.................................................................

Titanic juste après l’accident ?
9.

Où et quand on a retrouvé l’épave du Titanic ?

.................................................................

Act.30. Lisez et analysez ce tableau sur l’utilisation des Temps Verbaux du Passé.

Act.31. Une personne raconte son expérience de vie à l’époque du Mur de Berlin.
Complétez le texte avec la conjugaison des verbes au PC ou à l’Imparfait.

Le mur de Berlin
Le mur de Berlin _________ (être) construit en 1961. C’ _________ (être) pendant la guerre froide : les
gens de Berlin-Est _________ (passer) continuellement à Berlin-Ouest.
Pour éviter cela, le gouvernement de la RDA _________ (construire) le mur qui
_________ (séparer) les deux Berlin. Il _________ (être) très long et il _________
(avoir) plusieurs kilomètres de long. Très vite, il _________ (devenir) un symbole.
Des artistes connus et anonymes l’ _________ (couvrir) des graffitis et des
dessins. Les touristes _________ (aller) le voir, le _________ (photographier)…
C’ _________ (être) comme un monument et il _________ (sembler) éternel. Et
puis, pendant l’été de 1989, les choses _________ (changer). Des milliers Allemands de l’Est _________
(s’échapper) en passant par la Hongrie. Alors, le gouvernement de la RDA _________ (décider) de
supprimer les contrôles entre les deux Allemagnes et on __________ (commencer) à démolir le mur. Ce
jour-là, le monde _________ (prendre) conscience qu’une nouvelle époque _________ (commencer). Je
m’en souviens très bien parce que ça __________ (être) le plus beau jour de ma vie.

Act.32. Rédigez un article sur un passage de l’histoire du Mexique.

COMPRENDRE UN FAIT DIVERS
Act.33. Lisez les quatre faits divers ci-dessous et relevez les réponses aux
questions: Qui ?, Quoi ?, Où ?, Quand ?, Pourquoi ? Puis présentez-les à l’oral.

Un monsieur distrait
Les habitants du quartier
Foch ont été surpris hier
matin de voir Monsieur Blanc
se promener dans la rue en
pyjama.
Des
passants
curieux l’ont suivi jusqu’au
Lycée où il est professeur
d’anglais et où travaille
également sa femme. Au bout de cinq
minutes, il est sorti du lycée et il s’est
dépêché de rentrer dans l’immeuble où il
habite et où l’attendait sa concierge à qui il a
raconté sa mésaventure.
En descendant chercher le courrier, il avait
machinalement fermé la porte de son
appartement et il avait oublié de prendre les
clés. Il avait donc été obligé d’aller chercher
les clés de sa femme pour rentrer chez lui
car les clés qu’il avait laissées dans
l’appartement étaient celles que la concierge
lui avait prêté deux jours avant ! En fait, il
avait perdu ses clés quelques jours avant et
il n’avait pas encore fait les doubles !

9000 € par 5 € de récompense
Après leur journée de
travail, lundi dernier, 3
collègues quittaient leur
chantier lorsqu'ils ont
découvert par terre une
trousse.
Ils ont regardé à l'intérieur et ont trouvé de
l'argent liquide et des chèques, pour un
montant s'élevant à plus de 9000 euros.
Ils ont trouvé le nom du propriétaire sur les
chèques et se sont rendus chez lui pour
rendre l'argent. Récompense ?
" il nous a donné un pourboire de 5 euros
chacun" a indiqué l'un des trois ouvriers.

Un avocat s’endort
en pleine audience
Mercredi, un jeune homme comparaissait
au tribunal de Nancy, pour avoir fracturé
des voitures alors qu'il était en liberté
conditionnelle.
Son avocat, qui avait été désigné pour le
défendre, s'est endormi alors que le
président de la cour du tribunal
correctionnel relatait les faits.
Réveillé par le président,
l'avocat a nié s'être
endormi et a affirmé qu'il
se concentrait.
Finalement, il a été
remplacé par un confrère.
L'accusé a été reconnu coupable. Il a été
condamné à deux ans de prison dont 14
mois avec sursis.

En rentrant chez lui, il tombe
par la fenêtre du 4e étage.
Mercredi, vers midi, un homme se trouvait
devant la porte de son domicile, à Nice,
quand il s'est rendu compte qu'il n'avait pas
ses clés.
Il a donc décidé de rentrer par la fenêtre, en
passant par l'appartement de sa voisine du
dessus.
L'homme a chuté alors qu'il se trouvait au
quatrième étage.
Il a été hospitalisé
dans un état grave.

Act.34. Un homme victime et témoin d’un assaut bancaire est interviewé par un
journaliste de Faits Divers ; conjuguez les verbes à l’Imparfait ou P.C.
Journaliste-

Bonjour monsieur, vous _______ (être) dans la
banque quand elle _______ (être) attaquée n’est-ce
pas ? Vous pourriez me raconter comment ça
_________ (se passer) ?

L’homme-

Bon, il _______ (être) 10 heures et il y _______
(avoir) plein de monde. J’ _______ (attendre) mon
tour avec ma femme quand j’________ (remarquer)
trois hommes qui _______ (faire) la queue devant moi
et qui _______ (avoir) quelque chose de bizarre car ils
_______ (ne pas se parler) entre eux mais en même
temps c’_______ (être) évident qu’ils _______ (venir)
ensemble et ils _______ (regarder) tout autour
comment s’ils _______ (chercher) quelque chose.

JournalisteL’homme-

Pourquoi vous _________ (ne pas prévenir) le gardien ?
Parce que c’_______ (être) seulement une impression, nous _______ (ne pas avoir)
pas de preuve pour les juger criminels et quand j’_______ (aller) le faire les bandits
________ (menacer) déjà la caissière.

JournalisteL’homme-

Qu’est-ce qui s’est passé alors ?
Ben, comme vous pouvez vous imaginez nous
________ (avoir) très peur, il y _______ (avoir)
des femmes qui _______ (s’être) mises très
nerveuses à cause de la situation et elles
_______ (pleurer).

JournalisteL’homme-

Comment ________ (être) avertie la Police ?
Il paraît que le gardien avait aussi remarqué le comportement étrange des trois hommes
et il __________ (téléphoner) à la Police.

Journaliste-

Les agents __________ (arrêter) deux voleurs mais ils _______ (ne plus avoir)
l’argent. Le troisième ________ (réussir) à s’échapper avec la caisse ; vous vous
souvenez comment il est ?

L’homme-

Bon, il _______ (être) assez grand, 1m75 je pense ; blond avec les cheveux courts et
frisés. Il _______ (porter) une veste grise, un chapeau et des lunettes noires.

Journaliste-

Merci monsieur.

Act.35. À vous! Rédigez un Faits Divers que vous avez lu au journal, entendu à la
radio, vu à la télé ou dont vous avez été témoin. Vous pouvez vous exercer au site :
http://cours.ifmadrid.com/LF/savoirf/w2_breves99.htm

COMPRENDRE UNE BIOGRAPHIE
Personnalités d’aujourd’hui
Act.36. Présentez à l’oral l’essentiel sur la vie de chacune de ces personnalités. Aidezvous des questions ci-dessous.
a)

Quelle est sa nationalité?

b)

Quelle est sa profession ?

c)

À quel âge a-t-il / elle commencé sa carrière professionnelle ?

d)

À quelle date il / elle est devenu(e) célèbre ?

e)

Comment il / elle est devenu(e) célèbre ?

FAUDEL, LE PRINCE DU RAÏ

CLAIRE BRETÉCHER

Faudel Bellula est né en 1978 à Mantes-la-Jolie dans

Claire

la banlieue parisienne, dans le quartier du Val Fourré.

est née en 1940 à

D’origine algérienne, il passe ses vacances d’été chez

Nantes.

sa grand-mère. C’est elle qui a su lui transmettre

Professeur

l’âme du raï.

dessin dans les

À l`âge de 12 ans, il a fondé le groupe Les Étoiles du

années 60, elle a

raï, un an plus tard, la rencontre de Momo, un ancien

illustré

guitariste professionnel, l’a aidé à développer son

histoire de René

propre répertoire. En 1996, il a été sélectionné pour

Goscinny

représenter l’Ile-de-France au Festival du Printemps

travaillé au journal Tintin, puis à Spirou. C’est dans le

de Bourges. En 1997, « le Petit Prince du Raï » a

journal Pilote qu’elle crée son personnage Cellulite,

lancé son premier album

qui se démarque complètement des autres héroïnes

Baïda
vendu

(Blanche)
à

exemplaires.

qu’il

350

000

de

une

et

a

du papier. En effet, dans cette œuvre féministe, elle
n’a pas hésité à se moquer des excès du féminisme.

février

Mais le « phénomène Bretécher » a véritablement

2001, il est revenu avec

commencé avec son entrée dans la grande presse

Samra.

d’information,

La

En

a

Bretécher

majorité

des

notamment

dans

Le

Nouvel

textes traitent de l’amour,

Observateur avec « les Frustrés » où, en jouant sur

mais

eux,

les dialogues et les situations, elle a eu un regard

intitulé Mantes-la-Jolie, fait

critique et sans pitié sur ses contemporains. Un de

l’un

d’entre

référence à la cité où il a grandi.

ses personnages clés est Agrippine. Claire Bretécher

Faudel est considéré comme la révélation de la

est aussi peintre ; elle a publié un album portrait en

nouvelle génération d’artistes raï et symbolise la

1983.

reconnaissance
malghrébine.

de

cette

jeunesse

d’origine

Personnalités d’hier
Act.37. Écoutez la biographie de Marie Antoinette et répondez aux questions
1.

Marie Antoinette est d’origine :
a) italienne b) autrichienne

2.

c) australienne

Elle s’est mariée avec :
a) Louis XV

b) Louis XVI

c) Louis XIV

3.

À quel âge elle s’est mariée ?à ______ ans

4.

Marie Antoinette est une personne :
égoïste

5.

 belle

Elle s’est suicidée.

artiste
VRAI

 généreuse

courageuse

FAUX

Act.38. Lisez la biographie d’Antoine de Saint-Exupéry et conjuguez les verbes au PC.
Antoine de Saint-Exupéry
Antoine de Saint-Exupéry _______ (naître) à Lyon, le 29 juin 1900.
Il _______ (faire) ses études au collège Sainte-Croix au Mans, puis en Suisse, et enfin à Paris,
où il _______ (échouer) au concours d’entrée de Navale et de Centrale. Il _______ (décider)
alors de suivre les cours de l’École de beaux-arts. En 1921, il fait son service militaire à
Strasbourg, dans l’armée de l’air. Il _______ (apprendre) à piloter, et dès lors, sa carrière est
tracée.
Il _______ (publier) en 1926 son premier récit, dont l’action se situe dans le monde de l’aviation. La même année,
Antoine de Saint-Exupéry entre comme pilote chez Latécoère, société d’aviation qui assure le transport du courrier
de Toulouse à Dakar. Puis, il _______ (être) nommé chef d’escale de cap Juby, dans le Sud marocain. C’est à
cette époque qu’il _______ (écrire) Courrier Sud (1928). En compagnie de Mermoz et de Guillaumet, il _______
(partir) pour Buenos Aires comme directeur de la compagnie Aeroposta Argentina.
A son retour à Paris en 1931, il publie Vol de nuit (prix femina 1931), dont le succès est considérable. En liquidation
judiciaire, la société qui l’emploie doit fermer. Attaché à Air France à partir de 1935, Saint-Exupéry _______ (tenter)
d’assurer la liaison Paris-Saïgon en un temps record.Son avion______(s’écrasser) dans le désert. Il ______
(sortir) indemne de cet accident.
En 1938, il _______ (vouloir) tenter de relier New York à la Terre de Feu. Une erreur de jaugeage le fera tomber
en perte de vitesse au décollage du Guatemala. Blessé, il passe une longue convalescence à new York. Il publie
alors Terre des hommes, grand prix du roman de l’Académie française et National Book Award aux États-Unis
(1939). Pendant la seconde guerre mondiale, il _______ (être) pilote de reconnaissance au groupe 2/33 (19391940), puis _______ (se fixer) à New York. Il _______ (tirer) de son expérience de guerre Pilote de guerre (1942)
et publie Lettre à un otage, puis Le Petit Prince (1943). Il _______ (gagner) alors l’Afrique du Nord et _______
(réintégrer) le groupe 2/33 malgré ses blessures et l’interdiction de voler. Cependant, Saint-Exupéry insiste pour
obtenir des missions. Le 31 juillet 1944, il _______ (s’envoler) de Borgo, en Corse. Il _______ (ne jamais revenir).

Act.39. À votre tour, rédigez la biographie d’un personnage que vous admirez.

COMPRENDRE UN TEXTE LITTÉRAIRE
Act.40. Observez les images puis lisez le 1er chapitre du Petit Prince d’Antoine de
Saint-Exupéry et répondez aux questions de la page suivante. Enfin, écoutez le chapitre et
vérifiez vos réponses.
Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la
Forêt Vierge qui s’appelait « Histoires Vécues ». Ça représentait un serpent boa qui
avale un fauve.
On disait dans le livre : « Les serpents boas avalent leur proie toute entière, sans la
mâcher. Ensuite ils ne peuvent plus bouger et ils dorment pendant les six mois de
leur digestion ».
J’ai alors beaucoup réfléchi sur les aventures de la jungle et, à mon tour, j’ai réussi,
avec un crayon de couleur, à tracer mon premier dessin. Mon dessin numéro 1. Il
était comme ça :
J’ai montré mon chef-d’œuvre aux grandes personnes et
je leur ai demandé si mon dessin leur faisait peur.
Elles m’ont répondu « Pourquoi un chapeau ferait-il peur ? »
Mon dessin ne représentait pas un chapeau. Il représentait
un serpent boa qui digérait un éléphant. J’ai alors dessiné
l’intérieur du serpent boa, afin que les grandes personnes puissent comprendre. Elles ont toujours besoin
d’explications. Mon dessin numéro 2 était comme ça :
Les grandes personnes m’ont conseillé de laisser de côté les serpents boas ouverts ou fermés, et de
m’intéresser plutôt à la géographie, à l’histoire, au calcul et à la
grammaire. C’est ainsi que j’ai abandonné à l’âge de six ans, une
magnifique carrière de peintre. J’avais été découragé par l’insuccès
de mon dessin numéro 1 et de mon dessin numéro 2. Les grandes
personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est
fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des
explications.
J’ai donc dû choisir un autre métier et j’ai appris à piloter des avions.
J’ai volé un peu partout dans le monde. Et la géographie, c’est exact,
m’a beaucoup servi. Je savais reconnaître, du premier coup d’œil, la Chine de l’Arizona. C’est très utile, si
l’on est égaré pendant la nuit.
J’ai ainsi eu, au cours de ma vie, des tas de contacts avec des tas de gens sérieux. J’ai beaucoup vécu chez
les grandes personnes. Je les ai vus de très près. Ça n’a pas trop amélioré mon opinion.
Quand j’en rencontrais une qui me paraissais un peu lucide, je faisais l’expérience sur elle de mon dessin
numéro 1que j’ai toujours conservé. Je voulais savoir si elle était vraiment compréhensive. Mais toujours elle
me répondait : « C’est un chapeau ». Alors je ne lui parlais ni de serpents boas, ni de forêts vierges ni
d’étoiles. Je me mettais à sa portée. Je lui parlais de bridge, de golf, de politique et de cravates. Et la grande
personne était bien contente de connaître un homme aussi raisonnable.

Questions :
1.

Qu’avez-vous aperçu dans le premier dessin après un regard rapide ?

2.

Que fait que le narrateur change d’avis sur son travail une fois adulte ?

3.

Quelle est l’opinion que le narrateur a sur les adultes ?

4.

Pourquoi pensez-vous que les adultes ne voient pas les choses comme les enfants ?

5.

Vous avez eu des expériences pareilles lorsque vous étiez enfant ?

Act.41. Complétez cet extrait du début du roman Attentat d’Amélie Nothomb en
conjuguant les verbes entre parenthèses au PC ou en Imparfait.
La première fois que je __________ (se voir) dans un miroir, je
_________ (rire) : Je _________ (ne pas croire) que

c’

_________ (être) moi. À présent, quand je regarde mon reflet, je ris : je
sais que c’est moi. Et tant de hideur a quelque chose de drôle. Mon
surnom _________ (arriver) très vite. Je _________ (devoir) six ans
quand une gosse me _________ (crier), dans la cour : « Quasimodo ! »
Fous de joie, les enfants _________ (reprendre) en chœur :
« Quasimodo ! Quasimodo ! »
Pourtant, aucun d’entre eux n’avait jamais entendu parler de Victor Hugo. Mais le nom de
Quasimodo __________ (être) si bien trouvé qu’il _________ (suffire) de l’entendre pour
comprendre. On _________ (ne plus m’appeler) autrement.

Act.42. Répondez aux questions à partir de l’extrait d’Attentat.
1.

D’après la lecture on peut penser que le narrateur est : a) beau

2.

Le ton du discours du narrateur est :
a) neutre

b) ironique

b) laid

c) passionné

3.

Définissez avec vos propres mots « la beauté ».

4.

Que pensez-vous de l’usage des surnoms ?

PROJET. Cherchez un livre court qui soit de votre intérêt et lisez-le.


Documentos relacionados


Documento PDF le passe 2e partie imparfait
Documento PDF fr3 unite 2 2eme partie
Documento PDF passe compose imparfait exercices1
Documento PDF a00 lepetitnicolas book
Documento PDF frances 3 formative finale
Documento PDF passe compose imparfait


Palabras claves relacionadas